Le Blog-Forum de Jamel
Le Blog-Forum de Jamel

Air du temps, Libre Expression, Médecine, Culture, Actualités, Politique, Société.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'UMP reproche à Hollande de "s'y voir déjà"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petrus.m

avatar

Messages : 1409
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 69
Localisation : Normandie

MessageSujet: L'UMP reproche à Hollande de "s'y voir déjà"   Ven 27 Jan - 10:02

L'UMP reproche à Hollande de "s'y voir déjà"

LeMonde.fr avec AFP | 27.01.12 | 10h12 • Mis à jour le 27.01.12 | 10h21

L'UMP a dénoncé, vendredi 27 janvier au matin, "l'arrogance" et la "suffisance" de François Hollande, au lendemain de la présentation par le candidat socialiste de son projet présidentiel et de son passage à l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2.

Lors du débat qui l'a opposé à François Hollande, jeudi soir, le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, a d'ailleurs commencé par reprocher à son adversaire son "arrogance".

>> Lire : Juppé en duel face à Hollande : "On verra ce que vous ferez"

L'argument a été repris vendredi matin. "Je découvre une vraie arrogance, qu'Alain Juppé a notée aussi", a ainsi dit Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, sur Europe 1. "Depuis plusieurs jours maintenant, il en est quasiment à se demander s'il faut une élection, tellement il est certain de gagner, M. Hollande", a-t-il ajouté.

Un argument repris sur France 2 par Claude Guéant, ministre de l'intérieur : "M. Hollande apparaît très fréquemment comme suffisant, on a l'impression qu'il est déjà installé dans le costume de président de la République, que cela, pour lui, ne fait aucun doute, qu'il se voit élu, qu'il gouverne déjà."

Quant à Xavier Bertrand, ministre du travail, il a vu "le vrai visage de François Hollande : le mépris affiché pour le président de la République, s'y croyant déjà, s'y voyant déjà. Je préfère quelqu'un qui fait preuve de sincérité, comme Nicolas Sarkozy, plutôt que quelqu'un qui a de l'arrogance, comme François Hollande."

M. Bertrand faisait référence aux propos tenus par le chef de l'Etat, et relayés dans la presse mardi, quant à l'éventualité de sa défaite et la fin de sa carrière politique.

DELANOË : "CETTE VICTOIRE N'EST PAS ACQUISE"

Le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, a tenté de calmer le jeu en assurant, vendredi matin sur Europe 1, que "cette victoire n'est pas acquise. On est à trois mois de l'élection. Nous devons encore mériter de représenter cette envie de changement sérieux et juste que veulent les Français". Une défaite est-elle encore possible ? "Bien sûr", a répondu M. Delanoë.

"Nous devons rester modestes et François [Hollande] l'est... Il faut bien qu'il se prépare... Il doit donner un sens à la crédibilité de ce qu'il fera s'il est élu président de la République", a poursuivi le maire de Paris.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour,
Arrogance, suffisance prononcées par Juppé, Cope, Bertrand et Guéant pour un même débat, sont des éléments de langage fournis probablement par l’Élysée et ce sont des spécialistes qui le disent..... Amusant!
Je n'ai pas trouvé d'arrogance ou de suffisance chez Hollande. Un candidat, à fortiori un challenger, se trouve sous le flot de questions des journalistes et d'experts, il est normal qu'il défende son projet avec conviction.
Bien sûr que la victoire n'est pas acquise, pour aucun d'ailleurs. Par contre Juppé a montré qu'il n'avait pas changé depuis ses déboires judiciaires et l'épisode qui avait mené à la dissolution. Il est toujours aussi condescendant à l'égard de ses interlocuteurs. Pour l'instant, il a desservi Sarkozy et lui même au cas où........
Amicalement
Pierre

_________________
De la musique avant toute chose!
Revenir en haut Aller en bas
Petrus.m

avatar

Messages : 1409
Date d'inscription : 26/10/2011
Age : 69
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: L'UMP reproche à Hollande de "s'y voir déjà"   Ven 27 Jan - 10:23

Juppé en duel face à Hollande : "On verra ce que vous ferez"

LEMONDE.FR | 26.01.12 | 23h49 • Mis à jour le 27.01.12 | 08h45


François Hollande et Alain Juppé sur France 2, le 26 février 2012. AFP/-

Comme dans les westerns, la confrontation était attendue, peut-être même un peu trop. Alain Juppé et François Hollande ont débattu, jeudi 26 janvier, lors de l'émission "Des paroles et des actes", sur France 2. La pression était forte sur le ministre des affaires étrangères, qui faisait le matin même la une du Figaro et qui portait les espoirs de l'UMP, dont le futur candidat, Nicolas Sarkozy, reste à la traîne dans les sondages. En face, comme lors de son meeting du Bourget, François Hollande, qui n'a jamais été ministre, devait lui aussi se montrer à la hauteur, face à un ancien premier ministre.

Au final, ce ne fut pas OK Corral, ni Fort Alamo, mais une confrontation entre énarques, cordiale mais tendue, une bataille de chiffre qui a sans doute laissé derrière la plupart des téléspectateurs. M. Juppé a d'abord attaqué François Hollande sur son "arrogance", l'accusant sans le dire de pratiquer l'antisarkozysme primaire. L'ancien premier ministre tente ensuite de relativiser le bilan de sa majorité sur les déficits, évoquant un rapport de la Cour des comptes exonérant, selon lui, M. Sarkozy de toute responsabilité dans leur explosion depuis 2007. L'argument était en partie faux, la Cour des comptes estimant qu'un quart du déficit accumulé depuis 2007 est bel et bien imputable aux choix fiscaux du gouvernement.

François Hollande avait beau jeu de répliquer par une avalanche de chiffres sur le paquet fiscal "8 à 10 milliards" ou le déficit du commerce extérieur. Et de renvoyer la question aux Français qui "seuls pourront juger". Alain Juppé répliquait en évoquant d'autres pays, l'Espagne, les Etats-Unis, où le chômage a augmenté plus vite qu'en France. Alain Juppé attaqua ensuite le programme économique de M. Hollande. "Votre compte n'est pas bon, vous dites que c'est la croissance qui va changer les choses, mais je n'ai rien vu dans votre programme qui permette de soutenir la croissance", jugeait-il.

François Hollande répliqua en assurant que l'UMP pas plus que le PS ne pouvait promettre autre chose que de relancer la croissance, et que droite comme gauche étaient confrontées à une situation rendant la hausse de la fiscalité nécessaire. "Sur qui allez-vous faire porter la hausse des prélèvements obligatoires ?" demandait M. Hollande. "Nous disons les plus riches, vous dites "les Français", les électeurs aprécieront”.

"ON VERRA CE QUE VOUS FEREZ"

Plus tôt dans l'émission, le candidat socialiste avait évoqué des réformes passées par la droite et sur lesquelles il ne reviendrait pas, comme le service minimum dans les transports publics ou le fait que la commission des finances de l'Assemblée soit confiée à un membre de l'opposition. Alain Juppé n'en martèle pas moins le mot de "sectarisme" pour critiquer son adversaire, avant d'attaquer le financement de son programme. Et les deux énarques de se lancer dans une bataille de chiffres difficile d'accès, d'où il est ressorti tout de même que François Hollande avait bien l'intention de maintenir la diminution du nombre de fonctionnaires entamée depuis 2007, sauf dans quelques secteurs prioritaires : “éducation, intérieur, gendarmerie, justice, pôle emploi”.

Les deux hommes rivalisaient de piques. Alors qu'Alain Juppé proposait une modulation de l'impôt sur les sociétés en fonction de la destination des bénéfices, François Hollande ripostait en assurant : "cela fait 5 ans que nous proposons cela à l'Assemblée et votre majorité a toujours refusé !" Alain Juppé taclait aussi François Hollande sur l'absence des questions de compétitivité de son programme. Le ministre des affaires étrangères se montrait également embarrassé sur la question de la TVA sociale, qu'il tentait de rebaptiser “TVA emploi”, avant de tenter de prendre François Hollande en défaut sur les questions internationales, ce qui termina en un brouhaha incompréhensible.

"On verra ce que vous ferez", lance Alain Juppé à son adversaire, laissant entendre qu'il pouvait bel et bien arriver au pouvoir. En conclusion de ce débat souvent confus, Alain Juppé tente une maxime : "Depuis 20 ans, le favori du mois de janvier n'a jamais été l'élu du mois de mai." Réponse de François Hollande : "Laissez moi être le favori du mois de janvier et en mai, les électeurs choisiront..."
Samuel Laurent
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour,
Le PS a un candidat, pas l'UMP donc le débat avec Juppé est biaisé. Hollande s'en est bien sorti malgré les nombreuses coupures de Juppé. Mais lorsque Juppé a justifié la politique de Sarkozy, il ne m'a pas échappé des sourires disons narquois, des journalistes présents y compris de Pujadas. Cela est révélateur de la crédibilité du Ministres des AE.
Amicalement
Pierre


_________________
De la musique avant toute chose!
Revenir en haut Aller en bas
 
L'UMP reproche à Hollande de "s'y voir déjà"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Blog-Forum de Jamel :: Général :: Discussion Générale-
Sauter vers: