Le Blog-Forum de Jamel
Le Blog-Forum de Jamel

Air du temps, Libre Expression, Médecine, Culture, Actualités, Politique, Société.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La filière musicale menace de retirer les clips sur You Tube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jamel
Administrateur
Administrateur


Messages : 14896
Date d'inscription : 25/10/2011
Localisation : Lyon

MessageSujet: La filière musicale menace de retirer les clips sur You Tube   Mar 29 Jan - 11:04

WEB - GOOGLE - MUSIQUE > Médiias > High-Tech & Web

La filière musicale menace de retirer les clips sur YouTube

Mis à jour le 28/01/2013 à 22:16 | publié le 28/01/2013 à 17:51


La chanson «Gangnam Style» du chanteur sud-coréen Psy, visionnée plus d'un milliard de fois, n'a généré que 8 millions de dollars de recettes publicitaires dans le monde.

Le bras de fer est engagé entre les majors et la filiale de Google sur le partage des recettes publicitaires.

Engagée dans un bras de fer avec Google, la filière musicale, réunie à Cannes pour le Midem, concentre ses attaques sur YouTube. Lundi, le président d'Universal Music France, Pascal Nègre, a menacé de supprimer tous ses vidéo­clips du site de Google, si la publicité n'était pas réactivée. «Je pense que ça pourrait être le cas de tous les producteurs de cette table», a-t-il dit lors de la publication du bilan annuel de la musique en France.

Depuis le 19 janvier, Google n'affiche plus de publicité dans les clips des maisons de disques. Le géant américain renégocie actuellement un contrat avec la Sacem, qui le conduisait à reverser une part de ses recettes publicitaires aux ayants droit de la musique. Cet accord, signé en 2010, est arrivé à échéance le 31 décembre dernier. La filière musicale française cherche à obtenir une hausse des barèmes auprès de Google. Le groupe américain refuse.

Les négociations, menées directement avec le siège californien de Google, sont longues et complexes. Et l'arrêt de la pub est perçu par les Français comme un moyen de peser sur les négociations. «Nous n'avons pas apprécié l'annonce de cette démonétisation», a commenté Jean-Noël Tronc, le nouveau président de la Sacem. «Vue de Mountain View, la France n'est qu'une province sympathique», ajoute David El Sayegh, directeur général du Syndicat national de l'édition phonographique (Snep).

Revenus insuffisants

Le problème posé par YouTube est complexe. Avec près de 30 millions de visiteurs uniques par mois, dont une part substantielle pour de la musique, il est le premier diffuseur en streaming, largement devant Deezer, qui en compte un peu moins de 6 millions. Les producteurs reconnaissent qu'une partie des internautes qui fréquentaient les réseaux de piratage il y a quelques années s'est reportée sur ce site. Les clips peuvent être visionnés sans aucune limite, contrairement aux plates-formes de musique comme Deezer et Spotify, qui ont instauré des durées maximales d'écoute gratuite.

Mais aujourd'hui, ce succès d'audience contribue peu aux revenus de la musique. La chanson Gangnam Style du chanteur sud-coréen Psy, visionnée plus d'un milliard de fois, n'a généré que 8 millions de dollars de recettes publicitaires dans le monde. En France, sur les 125 millions d'euros issus de la musique numérique en 2012, la musique gratuite financée ne représente que 17 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit 14% du total. «Ces revenus sont insuffisants, il faut parvenir à un nouvel équilibre», affirme Denis Ladegaillerie, président du label Believe.

Jusqu'alors, les majors avaient préféré collaborer avec YouTube, avec l'idée d'attirer les internautes vers d'autres offres de streaming par abonnement. Deux des majors, Universal Music et Sony Music, ont lancé un site de clips musicaux, Vevo, pour reprendre en main la commercialisation de leurs clips. Vevo existe depuis trois ans aux États-Unis et a été ouvert en fin d'année dernière en France.

Le bras de fer avec YouTube n'est qu'un aspect du débat sur le transfert ouvert par la filière musicale à Cannes. Lundi matin, le Snep a répété qu'il souhaitait bénéficier d'une «rémunération compensatoire» prélevée sur l'activité des «intermédiaires techniques». Non seulement les moteurs de recherche, mais aussi «éventuellement les fabricants de matériel et les hébergeurs». Une étude est en cours pour permettre de chiffre ce «transfert de valeur» des créateurs de contenus vers les géants d'Internet, de l'électronique et des télécoms.
Revenir en haut Aller en bas
http://sidi-bel-abbes.forumalpes.com
 
La filière musicale menace de retirer les clips sur You Tube
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Blog-Forum de Jamel :: Général :: Multimédia-
Sauter vers: